ÉCohabiter des environnements pluriels – Appel à communications

Cet appel à communication a pour objectif de développer une réflexion sur les modes d’habiter et formes de cohabitation centrées sur une approche écologique, économique et solidaire, à partir d’une attention spécifique portée à la relation entre les êtres humains et leur environnement, du proche au lointain. Les articles retenus seront présentés lors d’une journée d’étude inscrite dans le cadre des activités croisées de l’International Research Projet Mediterrapolis (CNRS) et de l’atelier « Vulnérabilités résidentielles » du Réseau Recherche Habitat Logement (REHAL). Après évaluation par le comité scientifique, ils seront publiés dans la collection « Habiter. Cahiers transdisciplinaires » aux éditions Imbernon, tous éclairés d’une dizaine d’illustrations.

Comment habiter son environnement composé d’éléments physiques, climatiques, historiques, paysagers, socio-culturels qui constituent le voisinage de l’être ou d’un groupe, et qui est susceptibles d’interagir avec lui ? Le mot polysémique d’environnement signifie ce qui est aux environs, alentours, mais aussi l’ambiance, l’atmosphère, le cadre, le cercle, le climat, la compagnie, l’entourage, le milieu, la nature, le biotope. Le concept d’éCohabitat renvoie à la fois au partage de l’espace et à l’entraide pour accéder aux lieux et pour minimiser les impacts sur les milieux. Il s’agit aussi de privilégier un habitat économe, économique et écologique qui ménage les êtres vivants, les sols et les ressources localisées (sociales, territoriales, naturelles, économiques, culturelles…).

On observe en France, en Europe et dans le monde la multiplication d’expériences à l’initiative de groupes d’habitants et de réseaux qui développent des formes d’habitats alternatifs : cohousing, coopératives, habitat autogéré, écohabitat (Bacqué, Carriou 2011) : « Dans ces co-habitats, le partage et l’ouverture de lieux collectifs invitent les résidents à réaliser une ville socialement durable de “l’être ensemble” » (Debarre, 2009). On est en présence d’une multiplicité de formules (résidences intergénérationnelles, béguinages (Bernard et al. 2010), coopératives d’habitants, colocations étudiant-senior, maisons d’accueil familial, etc.) voire de réalisations singulières (Babayagas à Montreuil, les CoHabitants à Toulouse ou Le Kanata à Liffré) (Labit 2016).

De manière diachronique et synchronique, nous analyserons les formes habitantes composites sans cesse réactualisées. De quelles manières les individus cohabitent-ils un même espace selon diverses temporalités, en incluant la mémoire des lieux sur la longue durée ? Avec la Cité radieuse de Marseille (et d’autres habitations construites sur le même modèle en France et à Berlin), les questions architecturales conjuguent à la fois l’échelle de l’appartement et de l’édifice, et celle plus large des alentours et du paysage (Choupis et Descamps 2013). De l’habitat groupé, à l’habitat partagé, l’observation sera conduite du local au global pour prendre en compte l’hétérogénéité des échelles (écosite, écolieu, écohameau, ecotown, green city, smart city), et la diversité des réalisations de l’habitat économe, écologique, économique (Cendrier 2007).

Cette journée d’échanges s’offre comme un moment de réflexion interdisciplinaire autour de l’hétérogénéité des conceptions, des pratiques et des réalisations de l’éCohabitat dans l’espace et dans le temps. Nous prendrons en considération l’habiter dans ses multiples acceptions pratiques et théoriques (urbanisme, architecture, social…), en questionnant les savoir-faire habitants, les techniques constructives, ainsi que les modes d’appropriation des (mi)lieux habités. Elle s’articulera sur quatre axes de réflexion, centrés sur :

1. Les modalités et les temporalités de l’habiter – stationner, camper, s’ancrer, se relier aux lieux et aux autres – en prenant en compte l’habiter dans ses multiples acceptions en urbanisme, architecture, histoire et plus largement en sciences sociales.

2. Les solidarités et les engagements, compris en tant que pratiques collectives et sentiments qui lient les habitants entre eux et au-delà, en tant que composantes essentielles et traits distinctifs par rapport à d’autres formes d’habitat collectif.

3. Les interdépendances et les interactions entre espaces et espèces habitantes (humaines, floristiques, faunistiques…) dans les « milieux » considérés ruraux, littoraux, urbains, montagnards.

4. Les formes juridiques de l’habiter, en particulier en ce qui concerne les « droits » de propriété, notamment l’occupation, l’usage, la possession, la détention, et la jouissance du bâti et du non bâti, dans leurs relations aux ressources territoriales et aux droits (de l’urbanisme, de la construction et habitat et de l’environnement…).

5 Les vulnérabilités des cohabitants en raison de précarités résidentielles, d’environnements instables (physique, climatique, social…), de temporalités incertaines ou à des modes équivoques d’habiter.

Modalité de soumission

Les propositions de contribution (max. 4000 signes, espaces compris) seront envoyées avant le 15 juin 2021 à : mesini[at]mmsh.univ-aix.fr et à muriel.girard[at]marseille.archi.fr

Les auteur.es seront informés de l’acceptation le 15 juillet 2021.

Les articles finalisés sont attendus pour le 8 octobre 2021, date de la journée d’étude organisée à Aix-Marseille Université.

*    *

Bacqué Marie-Hélène, Carriou Claire, « 8. Participation et politiques du logement en France. Un débat qui traverse le XXe siècle », dans : Marie-Hélène Bacqué éd., La démocratie participative. Histoire et généalogie. Paris, La Découverte, « Recherches », 2011, p. 155-173. URL : https://www.cairn.info/la-democratie-participative–9782707157201-page-155.htm

Bernard Nicolas, De Pauw Geert, Géronnez Loïc, « Coopératives de logement et Community Land Trusts », Courrier hebdomadaire du CRISP, 2010/28 (n° 2073), p. 5-52. DOI : 10.3917/cris.2073.0005. URL : https://www.cairn.info/revue-courrier-hebdomadaire-du-crisp-2010-28-page-5.htm

Cendrier Sandrine, « Hameaux durables en Cévennes », Pour, 2007/3 (n° 195), p. 128-130. DOI : 10.3917/pour.195.0128. URL : https://www.cairn.info/revue-pour-2007-3-page-128.htm

Choupis Emmanuel et Deschamps Catherine, « Penser le 6e sens », Journal des anthropologues [En ligne], 134-135 | 2013, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 11 février 2021. URL: http://journals.openedition.org/jda/4721; DOI: https://doi.org/10.4000/jda.4721

Debarre Anne, « Co-habitats dans la ville aujourd’hui », Cahiers philosophiques, 2009/2 (N° 118), p. 35-47. DOI: 10.3917/caph.118.0035. URL: https://www.cairn.info/revue-cahiers-philosophiques1-2009-2-page-35.htm

Labit Anne, « Habiter en citoyenneté et solidarité pour mieux vieillir », Gérontologie et société, 2016/1 (vol. 38 / n° 149), p. 141-154. DOI : 10.3917/gs1.149.0141. URL: https://www.cairn.info/revue-gerontologie-et-societe-2016-1-page-141.htm

Menu Flavien, « Transformer la culture de l’habiter. Passer le témoin à l’heure du virus », Tous urbains, 2020/2-3 (n° 30-31), p. 22-29. DOI: 10.3917/tu.030.0022. URL: https://www.c

Turner John F. C. « Chapter 7, Housing as a verb », in Turner John F. C. and Fichter Robert (dir.), 1972, Freedom to Build, dweller control of the housing process, New York, eds Collier Macmillan, 301 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search